Ada Yonath décorée

Ada Yonath décorée

  •   Ada Yonath décorée
  •    
    Ada Yonath était hier soir au Capitole pour y recevoir les insignes de Docteur Honoris Causa de l'INP de Toulouse et la médaille de la ville de Toulouse. Cette biologiste moléculaire, première femme israélienne à recevoir un prix Nobel (chimie en 2009), est ainsi décorée pour l'ensemble de ses travaux de recherche en biologie moléculaire. La ville de Toulouse l'accueille dans le cadre du 19e Congrès international sur la mycoplasmologie.
     
    Que représente pour vous cette distinction remise par la communauté scientifique ?
     
    C'est une récompense importante. Au-delà du prestige, Toulouse est une des plus anciennes universités, et on est ici dans un lieu exceptionnellement beau (N.D.L.R. salle des Illustres). C'est la première fois que l'hymne israélien est joué lorsqu'on me remet un prix. Je suis donc très fière d'être ici et de cette récompense.
     
    Qu'est-ce qui a changé dans votre vie professionnelle depuis votre prix Nobel ?
    Il y a quatre ans, vous ne seriez sans doute pas venu me rencontrer. C'est donc plus de reconnaissance, c'est tout. Mon travail est resté le même, et moi aussi. Mais, le meilleur prix que j'ai jamais reçu, c'est celui que me décerne ma petite-fille chaque année, celui de la meilleure grand-mère.
     
    Concrètement comment votre travail influence la vie des gens ?
     
    La connaissance est importante pour tout le monde. Mon rôle c'est de mieux comprendre l'action des antibiotiques sur les êtres vivants, pour pouvoir mieux les soigner ensuite. Ce que je fais est utile autant aux malades qu'à la science elle-même.
     
    La Dépêche du Midi
     
    17/07/2012
     
  •  
     
  •