PARMI LES NATIONS : L'Amérique du nord

PARMI LES NATIONS : Amér. Nord

  •   L'Amérique du nord
  •    
    Israël et Les Etats-Unis sont d'authentiques démocraties dont les systèmes politique et juridique puisent leur inspiration dans les traditions libérales
    ​​
  • icon_zoom.png
    icon_zoom.png
    ISRAEL AMONG THE NATIONS: North America ISRAEL AMONG THE NATIONS: North America
     
     
  •  
  • Les Etats-Unis

  •  
    PM Netanyahu with US President Obama at the UN, Sept 2011 (Photo: GPO)

    Le Premier ministre Netanyahu avec le président américain Barack Obama à l'ONU,​ Sept 2011 (Photo: GPO)

    Onze minutes à peine après la proclamation de l'indépendance d'Israël le 14 mai 1948, le Président américain Harry S Truman reconnaissait le nouvel Etat. Cet acte marquait le début d'une relation fondée sur des valeurs communes et caractérisée par une profonde amitié et un respect mutuel. Les deux pays sont d'authentiques démocraties dont les systèmes politique et juridique puisent leur inspiration dans les traditions libérales ; toutes deux sont des sociétés pionnières et continuent à accueillir et intégrer des nouveaux immigrants. Il arrive que les deux pays « s'accordent à ne pas être d'accord » mais règlent leurs différends en amis et en alliés.

    Lorsque des divergences surgissent, elles sont généralement dues au fait que les Etats-Unis sont une superpuissance ayant des intérêts globaux complexes tandis que le souci majeur d'Israël, petit pays situé dans une région troublée, reste la préservation de sa souveraineté et de sa sécurité. 

    Tout en commençant à développer leurs relations diplomatiques et politiques avec Israël, les Etats-Unis se joignirent à d'autres Etats occidentaux pour imposer un embargo sur les armes au Proche-Orient, espérant ainsi parvenir à réduire considérablement les tensions dans la région. Après 1952, la volonté de l'administration Eisenhower d'obtenir le soutien arabe pour un pacte de sécurité au Moyen-Orient, a constitué un changement radical d'attitude par rapport à l'administration Truman résolument en faveur d'Israël.

    Les relations entre Washington et Jérusalem ne s'améliorèrent qu'à la fin des années 50 suite à la déception américaine face à la politique du président égyptien Gamal Abdel Nasser. Sous l'administration Kennedy, la levée de l'embargo a marqué un changement de la politique de livraison d'armes à Israël. 

    Au terme de l'administration Johnson (fin des années 1960), la diplomatie américaine était  fondée sur l'engagement américain d'assurer le droit d'Israël à l'existence dans des frontières sûres et reconnues, établies par des négociations directes avec ses voisins arabes.

    Considérant qu'un Israël fort est une condition sine qua non pour l'instauration de la paix dans la région, les Etats-Unis s'engagèrent  à assurer la suprématie qualitative d'Israël sur les armées arabes. Sous les administrations Nixon et Carter, on assista à la conclusion des accords de désengagement entre Israël et l'Egypte et Israël et la Syrie (1973-74), aux accords de Camp David (1978) et au traité de paix israélo-égyptien (1979).

    Durant l'administration Reagan, les relations non seulement se sont intensifiées, mais elles ont également pris un contenu plus formel et plus concret. Outre les engagements précédents, des mémorandums d'accords ont été signés (1981 et 1988), constituant la base de plusieurs organismes communs de planification et de consultation qui, à leur tour, ont permis la mise au point d'accords spécifiques dans les domaines militaire et civil. Ces cadres de coopération mutuelle ont été par la suite intégrés dans un mémorandum plus important signé en 1988.

    La première administration Bush a soutenu l'initiative de paix d'Israël (1989) et co-parrainé la Conférence de paix de Madrid (1991) qui a conduit aux négociations de paix de Washington D.C.

    L'administration Clinton a joué un rôle clé dans le processus de paix au Proche-Orient en soutenant activement les accords conclus entre Israël et les Palestiniens, le traité de paix israélo-jordanien, les pourparlers avec la Syrie et les tentatives de promotion d'une coopération régionale y compris la levée du boycott arabe. S'engageant à maintenir la supériorité qualitative d'Israël, l'administration Clinton s'est également déclarée prête à minimiser les risques encourus par Israël dans sa poursuite de la paix. Le gouvernement de George W. Bush a plus récemment adopté d'importantes mesures pour soutenir Israël dans sa guerre contre le terrorisme et Israël a souscrit à la vision du Président Bush pour mettre fin au terrorisme et parvenir à la paix avec les Palestiniens.

    Le maintien et le renforcement de l'amitié entre Israël et les Etats-Unis ont été définis par les diverses administrations américaines en des termes faisant de la sauvegarde d'Israël un des « fondements » de la politique étrangère des Etats-Unis, soulignant « les relations particulières » entre les deux nations et allant jusqu'à une déclaration d'« engagement américain » envers Israël. Au début des années 1980, Israël était considéré par les Etats-Unis comme un « atout stratégique » et qualifié, conformément à la législation adoptée en 1987, d'« important allié ne faisant pas partie de l'OTAN ».

    Les amis d'Israël au Congrès se recrutent dans les deux partis. L'assistance militaire et économique annuelle, le processus de paix et la lutte d'Israël contre le terrorisme sont chaque année les signes de l'engagement du Congrès aux côtés d'Israël, comme l'est également l'adoption de la loi (1995) reconnaissant Jérusalem comme la capitale unifiée d'Israël et appelant à l'installation à Jérusalem de l'ambassade des Etats-Unis. Les « relations particulières » englobent des sujets économiques, politiques, stratégiques et diplomatiques d'intérêt commun. Israël reçoit actuellement chaque année quelque 2,6 milliards de dollars au titre de l'aide économique et de sécurité (l'aide économique est réduite chaque année de 120 millions de dollars et l'aide militaire de 60 millions de dollars, jusqu'à l'année 2008 ; Israël recevra ensuite une aide militaire totale de 2,4 milliards de dollars), et le commerce bilatéral a été intensifié par l'établissement d'une Zone de libre échange Israël-Etats-Unis (1985).

    Un nombre croissant de projets de partenariat financés par des entreprises industrielles israéliennes et américaines sont menés en commun et plusieurs Etats américains ont signé des accords « d'Etat à Etat » avec Israël, portant sur divers domaines, depuis les échanges culturels jusqu'à la coopération agricole.

    De façon générale, les Etats-Unis se tiennent aux côtés d'Israël dans les forums internationaux, l'aidant à repousser les résolutions anti-israéliennes aux Nations unies et dans les agences internationales spécialisées. Les deux pays procèdent à des échanges de renseignements et d'informations militaires et coopèrent dans la guerre menée contre le terrorisme international et dans la campagne contre le trafic de stupéfiants.  L'amitié américano-israélienne est soutenue chaleureusement par la communauté juive et par un important secteur de la société aux Etats-Unis.​ 

     

     

  • Le Canada

  •  

    Le Canada, qui a reconnu formellement Israël entretient depuis de longues années avec l'Etat d'Israël des relations diplomatiques à part entière, fondées sur leurs valeurs démocratiques communes. Les liens bilatéraux sont renforcés par des échanges culturels et scientifiques, et les relations économiques entre Israël et le Canada par l'entrée en vigueur de l'Accord de libre échange Israël-Canada (CIFTA).

    Sur la scène internationale, le soutien du Canada s'exprime par des positions généralement pro-israéliennes au sein des diverses instances de l'ONU.​