SANTE : Santé publique

SANTE : La santé publique

  •    
    La population israélienne bénéficie d'un vaste réseau de services médicaux comportant des hôpitaux, des dispensaires, des centres de médecine préventive et des services de rééducation.
  • Avec l'autorisation de l'hôpital Shaare Zedek, Jérusalem
     

    ​Les fondations du système de santé publique, comprenant un réseau de services de prévention, de diagnostic et de traitement, ont été posées durant la période pré-étatique par la communauté juive et les autorités mandataires britanniques qui ont administré le pays de 1918 à 1948.

    Au moment de l'établissement de l'Etat d'Israël, une infrastructure médicale bien développée existait déjà, les vaccinations étaient courantes et les structures d'aménagement de l'environnement étaient en place. Cependant, dans les premières années, les services de santé ont eu à reconsidérer certains des problèmes déjà résolus, compte tenu de l'afflux de centaines de milliers de réfugiés en provenance de l'Europe d'après-guerre et des pays arabes. Ce défi a pu être relevé grâce à un immense effort national en matière de soins spécialisés et à des plans élaborés d'éducation sanitaire et de médecine préventive.

    La population israélienne bénéficie d'un vaste réseau de services médicaux comportant des hôpitaux, des dispensaires, des centres de médecine préventive et des services de rééducation. Les soins hospitaliers utilisent les procédures et les techniques les plus sophistiquées, allant de la fécondation in vitro, l'imagerie par résonance magnétique et la neuro-chirurgie, aux greffes  d'organes et de moelle osseuse.

    Les centres de soins et de suivi pour femmes enceintes et enfants depuis leur naissance assurent les examens prénatals, la détection précoce des handicaps physiques et mentaux, les vaccinations, les bilans pédiatriques réguliers et l'éducation sanitaire.


     
  •  
  • Administration et structure 

  •  

    Le ministère de la Santé, responsable de tous les services de santé, prépare la législation adéquate et veille à son application ; il contrôle le niveau des services médicaux dans tout le pays, établit les normes alimentaires et pharmaceutiques, décerne les permis d'exercer des professions médicales, encourage la recherche médicale, fixe les budgets et contrôle la planification et la construction des hôpitaux. Il agit également en tant qu'organisme public chargé de la médecine préventive et environnementale.

     

  • Le personnel médical

  •  
    Magen David Adom
    Avec l'autorisation du Maguen David Adom

    Israël recense quelque 32 000 médecins, 9000 dentistes et 6000 pharmaciens exerçant dans des hôpitaux, des dispensaires ou à titre privé. Environ 72 % des 54 000 infirmières du pays sont diplômées, les autres ont suivi une formation pratique d'auxiliaires.

    La formation médicale se fait dans quatre écoles de médecine, deux écoles de dentisterie, deux de pharmacie et une quinzaine d'écoles d'infirmerie dont sept délivrent des diplômes universitaires. Un certain nombre d'institutions spécialisées dispensent des cours de kinésithérapie, diététique, ergothérapie, de techniciens radiologistes et de laboratoire. 

     Le Maguen David Adom assure les services d'urgence avec ses postes de premiers secours, son réseau national de dons et de banques du sang, ses cours de secourisme et ses ambulances et unités mobiles de soins d'urgence. Il dispose également de 10 000 volontaires, dont nombre de lycéens, qui assurent des permanences dans ses 109 branches réparties dans tout le pays.​

     

  • L'assurance-maladie

  •  

    ​La Loi sur l'assurance-maladie garantit à tous les résidents du pays un ensemble de soins médicaux, l'hospitalisation comprise. Les soins médicaux sont fournis par les quatre caisses d'assurance-maladie qui sont tenues d'accepter toutes les demandes d'adhésion sans restriction d'âge ou d'état de santé.

    Les principales sources de financement de ces caisses proviennent de taxes d'un montant de 4,8 % sur le revenu prélevées par l'Institut des assurances nationales et d'une participation patronale aux frais de santé du personnel. Les remboursements aux caisses d'assurance-maladie se font selon un barème établi en fonction du nombre d'assurés, compte tenu de leur âge, de l'éloignement du centre médical et d'autres facteurs déterminés par le ministère de la Santé.