Affaires Politiques

Affaires Politiques

  •  
     
  • Le Conseiller Politique

  •  
    Le conseiller politique de l’Ambassade est responsable des affaires politiques. Il est en contact permanent avec les fonctionnaires du service public fédéral des Affaires étrangères, les divers ministères ainsi qu’avec les membres des parlements, tant au niveau fédéral qu’au niveau communautaire et régional.


    En outre, il entretient des contacts avec les membres belges du Parlement Européen ainsi qu’avec ses homologues du corps diplomatique à Bruxelles.

     

    Il est chargé d’affaires a.i. en l’absence de l’ambassadeur.




  • La représentante

  •  
    Michal Gur-Aryeh  est  chef de Mission adjoint à l’ambassade d’Israël en Belgique et au Luxembourg,  depuis 2011.

    Elle a été vice-consul général d'Israël à Istanbul et porte-parole de l'ambassade d'Israël à New Delhi.

    Au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, Michal Gur-Aryeh a servi dans la Division des organisations multilatérales et dans  la Division des affaires juridiques.
    Jusqu'en 2011, elle était directrice adjointe (et directeur ad interim) du Département du droit international général où elle s’occupait des conseils juridiques, entre autres, sur les questions relatives aux relations d'Israël avec l'UE et avec le Vatican. Avant d'entrer dans le corps diplomatique, Mme Gur - Aryeh a travaillé comme avocat de droit du commerce international dans le secteur privé en Israël.
    Michal Gur Aryeh est titulaire d'un B.A. (avec distinction) en droit de l'Université de Cambridge, et une maîtrise en recherche, gestion et  résolution des conflits de l'Université hébraïque de Jérusalem, magna cum laude . Au cours de son B.A., elle a remporté le concours Telders de procès simulé en droit international, au Palais de la Paix à La Haye.

    Michal est marié à Ira Gur - Aryeh , un producteur laitier , et a deux filles .
  • Relations Belgique-Israël

  •  
    Dès la création de l’Etat d’Israël, les relations avec la Belgique furent marquées par une amitié profonde. La Belgique eut le privilège d’être le deuxième  pays qui vota, le 27 novembre 1947, en faveur du partage de la Palestine et donc pour la création d’Israël comme Etat juif indépendant. La Belgique reconnut le nouvel Etat « de facto » le 29 janvier 1949, et les rapports diplomatiques entre les deux pays furent normalisés par la reconnaissance « de jure », le 15 janvier 1950, qui permit la transformation de la représentation provisoire en légation, qui fut établie à Tel-Aviv.

    Le 31 mai 1958, les deux pays décidèrent d’élever leurs légations au rang d’ambassade. Les relations entre les deux pays ont toujours été amicales, comme en témoignent les nombreuses visites officielles et gestes d’amitié réciproques.


    De nombreuses délégations belges sont venues en visite en Israël et des délégations et des personnalités israéliennes ont été reçues amicalement en Belgique, et ce au niveau le plus élevé. Des échanges qui se sont scellés par de nombreux accords bilatéraux de coopération, dans les domaines culturel, scientifique, économique, et de la défense. Ces accords régissent les relations d’Israël avec les niveaux fédéral, communautaires et régionaux. De même, des relations bilatérales entre le Parlement belge et la Knesset, le Parlement israélien, se sont tissées au fil des années. Des échanges parlementaires se font dans le cadre de l’Intergroupe avec Israël de la section belge de l’Union interparlementaire (Sénat et Chambre des Représentants) et du Groupe d’Amitié avec la Belgique de la Knesset. Par ailleurs, une association des Amitiés Israël-Belgique fonctionne en Israël et au Royaume les Amitiés belgo-israéliennes organisent régulièrement des activités pour promouvoir et intensifier les relations bilatérales. La Belgique est l’un des partenaires commerciaux les plus importants d’Israël. De nombreuses sociétés israéliennes sont basées à Bruxelles, capitale de l’Europe.




  • Relations Luxembourg-Israël

  •  
    Le Luxembourg se trouva parmi les 33 pays qui votèrent en faveur du Plan de partage de la Palestine, le 29 novembre 1947.
    La reconnaissance de facto allait suivre peu après la Déclaration d’Indépendance. De jure, le Luxembourg reconnut Israël après son adhésion à l’ONU, en mai 1949.
    Depuis le début, les relations bilatérales furent caractérisées par une profonde amitié, qui fut scellée par de nombreuses visites officielles au plus haut niveau, tant en Israël qu’au Luxembourg, un dialogue politique qui s’est poursuivi tout au long des années.
    C’est à Luxembourg que le chancelier fédéral allemand, Konrad Adenauer, et le ministre israélien des Affaires étrangères signèrent, le 10 septembre 1952, l’accord sur les réparations allemandes en faveur d’Israël.

    En février 1985, le président de l’Etat d’Israël Haïm Herzog effectua une visite officielle au Luxembourg.

    En mai 1987, le Grand-Duc Jean et la Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte de Luxembourg accomplirent un geste historique en visitant l’Etat d’Israël : pour la première fois dans l’histoire d’Israël, des souverains européens régnants furent reçus officiellement à Jérusalem. Au cours de leur séjour, ils visitèrent entre autres le mémorial Yad Vashem, ainsi que le musée de la Diaspora, où leur fut remis un historique de la communauté juive de Luxembourg. Ils purent aussi contempler la « Forêt Grande-Duchesse-Charlotte », composée d’arbres plantés au Kibboutz Kfar Hahoresh par la Communauté juive de Luxembourg.
    ​​​​​
    Les deux pays sont liés par un accord bilatéral culturel et un accord contre la double imposition.   

    De nombreuses visites bilatérales sont régulièrement effectuées en même temps que les contacts au plus haut niveau sont entretenus entre les deux pays. En septembre 2003, le ministre israélien des Affaires étrangères a rencontré pour une scéance de travail son homologue luxembourgeoise madame Lydie POLFER en marge de la réunion de l'Assemblée Générale de l'O.N.U. à New York.​